Empire of the French Alliance - EFA
Toute l'équipe de l'EFA vous souhaite la bienvenue.
Veuillez lire ATTENTIVEMENT les règles du forum lors de votre première navigation. Bon surf !

Tuer son VDD

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Invité le Dim 11 Mai 2014, 01:24

Les experts Saint Rémy


Acte I
Scène 1 :
Devant le domicile d’un fonctionnaire de l’Empire réputé pour la qualité de son travail, et célèbre dans tout l’Empire.


Milicien : la victime semble être baba1993. Sa jeune voisine a appelée après avoir trouvée le corps sans vie de la victime sur le sol. Elle venait le retrouver, il devait l’accompagner pour faire son shopping.

Lieutenant: en tout cas, il n'ira pas beaucoup plus loin maintenant.



Scène 2 :


Lieutenant : Ok Merci. Vous savez si le médecin légiste est arrivé ?

Milicien : oui, cela fait déjà une heure monsieur.

Dans l’appartement de baba, un corps git sur le sol en plein milieu d’une salle qui ressemble fort à un espace de contrôle aérien.

Lieutenant : Ah ! Docteur. Alors, que pouvez-vous me dire sur la mort de notre pauvre victime.

Légiste : Premièrement, nous pouvons remarquer des traces de défense sur les avants bras de la victime, comme en témoignent les nombreuses marques sur ses bras et ses jambes. Cela s’est passé peu avant sa mort. Sans doute que cela a commencé par une bagarre. Ensuite j’ai notée qu’il avait eu un coup sur la tête comme l’indique cette belle marque sous son cuir chevelu. Sans doute l’agresseur a essayé de l’assommer et que cela n’a pas marché. De plus, vu la taille de l’hématome,  je pense qu’il a été causé par un objet de petite taille. Je ne sais cependant pas si cela a été un coup donné pendant la bagarre. Ensuite je note qu’il y a des traces de strangulations sur son cou. Je pense que c’est comme cela que cela s’est terminé. D’après la température hépatique, je dirais qu’il est mort aux alentours de 10h ce matin.

Lieutenant : Vous savez quel genre de lien a laissé ces traces sur son cou ? Et avez-vous une idée sur l’objet qui pourrait avoir servi pour le coup qui lui a été asséné sur la tête ?

Légiste : Non pas encore. Tout ce que je peux dire, c’est que le lien devait être lisse.

Acte II
Scène 1 :


Lieutenant : Alors, tu as trouvé quelque chose dans son appartement qui pourrait nous donner un indice sur l’assassin ?

Milicien : J’ai deux trois trucs intéressants. Il semblerait que certains documents de son bureau aient disparus vu que certains dossiers étaient vides, et que dans d’autres certaines pages étaient manquantes. Nous avons aussi trouvé un cheveu d’une incroyable longueur sur la scène de crime. Un cheveu roux. C’est sure, il ne lui appartenait pas.

Lieutenant : Donc notre assassin serait une femme rousse.

Milicien : Ou un type qui a les cheveux longs et qui est roux.

Lieutenant : on verra avec l’ADN.

Scène 2 :
En salle d’interrogatoire.

Lieutenant : bonjour mademoiselle. Comment vous appelez-vous ?

Lili : Vous devez bien le savoir puisque vous m’avez convoquée. Mais bon si cela vous fait plaisir….Je m’appelle Liriam.

Lieutenant : Bon et bien Liriam, pouvez-vous me dire ce qu’il s’est passé ce matin quand vous êtes allée chez baba ?

Lili : bien sûre. Il était 10h15 quand je suis arrivée. Je me rendais chez baba ce matin car hier il avait proposé de m’accompagner faire un peu de shopping. C’était quelqu’un de vraiment adorable, et toujours prêt à faire plaisir.

Lieutenant : est-ce que quelque chose de suspect en y allant ne vous a pas étonnée ou surprise ? Quelque chose d’inhabituel, ou d’étrange ?

Lili : non. Pas que je me souvienne.

Lieutenant : vous êtes sûre ? Vous avez peut-être aperçue le tueur.

Lili : à part cette jeune femme rousse qui fixait la maison quand je suis arrivée, il n’y avait personne.

Lieutenant : une jeune femme rousse vous dite ? Vous pourriez me la décrire ?

Lili : oui, rousse. Elle était grande, environ 1m80 à 1m90, de corpulence moyenne. Elle avait un air étrange et mystérieux.

Lieutenant. Vous rappelez vous comment elle était habillée ? Et pourriez-vous en faire un portrait-robot ?

Lili : je pense pouvoir le faire oui.

Lieutenant : Aviez-vous notée des choses nouvelles chez baba, dans son comportement, ou chez lui ?

Lili : Euh….attendez………… Au niveau de son comportement, il semblait plus heureux depuis quelques temps. Je n’en sais pas la raison, mais, il semblait plus heureux. Aussi, dans sa maison flottait un parfum féminin depuis quelques jours. Je ne l’avais jamais senti auparavant chez lui. Je n’avais sentie cette odeur que dans les parfumeries auparavant.

Lieutenant : Vous sauriez le nom du parfum par hasard ?

Lili : est-ce que j’ai une tête de détecteur d’odeur ? Non. Je ne les connais pas tous par cœur. La dernière fois que j’ai senti ce parfum par contre c’était à la parfumerie de la place Impériale, Au cœur de la capitale. Ce sera tout ?

Lieutenant : oui. Pour le moment.

Scène 3 :
Laboratoire scientifique de la police criminelle de l’Empire.

Lieutenant : Alors Franck ! Que peux-tu me dire sur les prélèvements de la scène de crime.

Franck : Eh bien, il semblerait que vous aviez raison. Ce cheveu appartenait bel et bien à une femme.

Lieutenant : Mais j’ai toujours raison !

Mais ce que vous ne pouviez pas savoir, c’est que les cheveux stockent énormément de choses auquel le corps a été soumis. C’est une véritable banque de données. Hors, ce cheveu contenait de rares isotopes radioactifs, et de rares produits chimiques sur des périodes prolongées. Ce qui suggère que la personne à qui il appartient avait accès à ces produits de façon régulière sur une longue période.

Lieutenant : D’accord. Mais avez-vous autre chose ?

Franck : OUI !!!!!! Votre baba, il était célib ou pas ?

Lieutenant : d’après ce que l’on sait oui.

Franck : A alors c’était un petit cachottier, car dans ses draps, l’on a relevé de l’ADN féminin sur des cheveux châtains.

Lieutenant : Châtain vous dite ?

Franck : euh oui. C’est grave ?

Lieutenant : Oui, j’ai peut-être laissé partir notre meurtrière.

Scène 4 :
Dans le bureau général de la police

Lieutenant : Bonjour à tous. Bon aujourd’hui, on explore toutes les pistes possibles. On sait que des documents officiels ont disparu. On sait aussi que baba menait sans doute une double vie. Conclusion : Vous allez aller me chercher tous ses collègues de l’administration de l’Empire, il faut les interroger. Vous allez aussi me retrouver les deux suspectes n°1. C’est urgent !


L’ensemble des miliciens sauf un sortent de la pièce.

Raph : Lieutenant, j’ai peut-être quelque chose. Notre victime était sur le banc des accusés, et son procès se tenait demain.

Lieutenant : Et c’est que maintenant qu’on me le dit ! Il était accusé de quoi ?

Raph : primo vous auriez lu le dossier, vous l’auriez su. Deuxio, et bien on l’accusait du meurtre d’un HDE fortement kryptonisé.

Lieutenant : On avait son mobile ?

Raph : Non pas encore. Mais à ce qu’il parait, pour se sauver la mise, il était sur le point d’avouer quelque chose qui aurait pu totalement changer la donne de son procès. 

Lieutenant : D’accord.

Scène 5 : Dans la morgue

Lieutenant : Docteure, dites-moi quelque chose, car là, je crois que je vais avoir besoin de vos lumières.

Légiste : Bon, et bien ça tombe bien, on me dit souvent que je suis lumineux.

(Le lieutenant le regarde l’air dubitatif et peu convaincu face à l'humour du légiste)

Légiste : Il semblerait que la personne qui ait tué baba était inférieur physiquement. En effet, on est maintenant sure que le coup porté à la tête ai été porté le premier, et par derrière. Aussi, vous noterez que le coup a été porté par un objet ressemblant à une souris d’ordinateur comme le montre le moulage de la plaie. Aussi, le câble de la souris aura sans doute été le lien qui aura servi à l’étranglement.

Lieutenant : Oui, mais si la personne était inférieure physiquement, comment a-t-elle pu venir à bout de notre gaillard ?

Légiste : C’est là que cela devient intéressant. Il semble que chacun de ses organes vitaux ait été touché par un seul et unique coup qui aura eu pour effet de bloquer certaines fonctions. Il serait donc mort de toute façon, mais c’est bien l’étranglement qui a été fatal, comme l’indique les nombreux éclatements des vaisseaux pétéchiaux dans les yeux comme vous le voyez.

Lieutenant : Les coups ont été donnés à main nu ?

Légiste : oui. Notre tueur connait sans doute de nombreuses techniques de combat. Est-ce que cela vous éclaire ?

Lieutenant : on verra.

Acte III
En salle d’interrogatoire
Scène 1 :


Lieutenant : Ave Empereur
Empereur : vous pouvez arrêter votre cinéma obséquieux et poser vos questions au plus vite s’il vous plait, car j’ai une cave de krypto à vider….euh un Empire à gouverner. Et croyez-moi, les dossiers ne se remplissent pas tout seuls.

Lieutenant : Euh oui Empereur…..Donc euh….donc heu……heu……

Empereur : allez-y, accouchez, je n’ai pas que ça à faire.

Lieutenant : oui, mais je n’ai que rarement eu l’occasion d’interroger un Empereur, et….

Empereur : Des questions restent des questions….Allez-y. Vous me faite perdre mon temps là. Et le temps c’est de la krypto, donc c’est important.

Lieutenant : bon d’accord. Connaissiez-vous baba ?

Empereur : Bien sûre ! Il est le meurtrier présumé de mon plus proche conseillé ! Vous ne lisez donc pas les journaux ? C’était aussi le recruteur de l’Empire.

Lieutenant : Savez-vous sur quels dossier il travaillait, et si oui, est-ce que ceux-ci vous disent quelques chose ?

Sont présentés à l’Empereur 3 dossiers sur lesquels on peut lire : « politique de recrutement général de l’Empire », « MAJ et réformes du service de recrutement »,  « projet Empereur jaune ».

Empereur : Oui, je les connais très bien. Mais le dernier est classé secret défense. Vous allez donc devoir me le restituer.

Lieutenant : Ah, et bien ça ne va pas être possible, son contenu a entièrement disparu !

Empereur : J’espère que ce n’est pas encore mediapart, je n’ai pas envie que ça fasse la une des quotidiens de demain. C’est un sujet sensible.

Lieutenant : Vous êtes sure que vous ne pouvez rien me dire sur ce dossier ? Et sinon connaissez-vous des personnes qui auraient pu vouloir la mort de votre recruteur ?

Empereur : suite à son acte meurtrier envers mon conseiller, n’importe qui dans les bureaux aurait pu vouloir sa mort. Mais deux jeunes filles semblaient pourtant être restées très proches. C’est la directrice adjointe de notre centre de formation, et notre diplomate.

Lieutenant : Est-ce que ces deux portraits robots vous disent quelque chose ?

Empereur : Oui, ce sont elles. Ont-elles quelque chose à voir dans la mort de baba ?

Lieutenant : Je ne le sais pas encore.

Scène 2:
le lieutenant fait entrer liriam dans la pièce.

Lieutenant: bonjour liriam. Il me semble que vous me cachez certaines choses encore.

Liriam: Vous êtes sure lieutenant?

Lieutenant: On a retrouvé des cheveux ressemblants fortement aux vôtres dans son lit. On se demandait donc pourquoi ils y étaient.

Liriam: Donc vous pensez que l'on a couché ensemble et que donc forcément je l'ai tué. Et bien non. Vous faites complètement fausse route. Il m'a hébergé avant-hier soir. Disons que l'on a fêté ma promo à la taverne comme il se doit, et il ne m'a pas laissé prendre mon transmetteur pour repartir. J'étais trop kryptonisée disait-il. Il m'a donc préparée son lit pour que je puisse dormir chez lui. Ensuite, il est allé dormir dans le canapé. C'est cette nuit là que notre directeur a été tué. Il a du y retourner après que je me sois endormie.

Lieutenant: pour me prouver que ce n'est tout de même pas vous qui l'avez tué. Comme il y a eu lutte entre lui et son agresseuse, pourriez vous me montrer vos avant bras pour vérifier qu'il n'y a pas de traces.

Liriam: donc vous ne me croyez pas. Et bien jugez par vous même, et faite autant de test que vous voudrez, ce n'est pas moi qui l'ai tué.

Lieutenant: maintenant, je vous crois.

Scène 3 :

Lieutenant : Bonjour Princesse. J’ai quelques questions à vous poser.

Princess : Faites, faites.

Lieutenant : Connaissez-vous cette personne.

Princess : c’est baba.

Lieutenant : en effet. Il a été tué hier.

Princess, je sais. Même si l’Empire est vaste, vous savez, les nouvelles traversent le pays plus vite que la lumière. Mais elles n’arrivent toujours pas à aller aussi vite que feu notre directeur pour descendre un melchior de krypto.

Lieutenant : J’ai eu accès à votre dossier. Vous pratiquez, et cela depuis de nombreuses années, certains sports de contacts. Aussi, je me demandais si vous ne pourriez pas me montre vos avants bras.

Princess : Et en quel honneur ?

Lieutenant : Faites le ou je demanderais une commission rogatoire pour vous y obliger.

Princess : bon voilà.

Lieutenant : D’où vous viennent ces marques ?

Princess : vous l’avez dit vous-même. Je pratique des sports de contacts. On ne fait pas semblant vous savez.

Lieutenant : C’est étrange, car vous portez des traces de griffures.

Princess : oui, ça arrive que l’on s’agrippe et que l’on soit griffé par la même occasion dans ces sports.

Lieutenant : Oui, mais si on comparait votre ADN à celui retrouvé sous les ongles de baba, je pense que ce serait le même. Alors pour nous gagner du temps, dites-moi ce qu’il s’est passé qu’on en finisse, et pourquoi.

Princess : bon, et bien, on dirait que c’est échec et math.  Bon pourquoi je l’ai tué ? Ah un vieux contentieux. Il allait révéler certaines choses pour sauver sa peau qui me dérangeaient. Ensuite, comment je m’y suis prise. Eh bien, ce n’est pas compliqué. J’ai d’abord essayée de l’assommer avec sa souris d’ordinateur, le seul truc que j’avais sous la main, mais ça n’a pas marché. Je ne voulais pas le faire souffrir. Oui, je crois qu’on peut dire que j’ai du cœur. Mais bon du coup il s’est retourné, et on a du se bagarrer. J’ai tout de suite visée les points vitaux afin de le neutraliser afin de pouvoir terminer tranquillement. J’ai alors prit le cordon de la sourit, je l’ai entouré autour de son cou, et j’ai serrée du plus fort que j’ai pu, pendant que l’hémorragie des organes frappés gagnait son corps et l’affaiblissait, en même temps que le manque d’oxygène fasse son office. Petit à petit, j’ai senti que son énergie le quittait, et je n’ai relâchée l’étreinte qu’après avoir été sure qu’il nous avait bien quitté. Ensuite, je me suis éclipsée. Quelques minutes plus tard, j’ai vue Liriam pénétrer chez lui.

Lieutenant : j’ai l’impression que vous dite cette dernière phrase avec amertume. Il y a un problème ?

Princess : Ce n’est pas à Notre directeur à qui il devait tendre un piège….mais à son adjointe. Le seul truc, c'est que je n'avais pas prévue qu'il tomba amoureux d'elle. Il y avait une femme en trop ici, et il n'a pas su résoudre ce problème.

Lieutenant: Il y a un truc que je ne m'explique pas. Pourquoi être restée fixer la maison alors que vous saviez que vous seriez vue.

Princess: Je me suis dite que si lui s'était attaché à elle, alors que c'était peut-être réciproque. Donc j'attendais juste de voir la souffrance dans son regard en découvrant notre pauvre baba sans vie! Et cela fut d'un réconfort inouï!

END


Baba, Lili, ne vous en faites pas, il n’y a rien de personnel.^^
Le prochain, ce serait sympa qu’il me tue avec….Une brosse à cheveux.^^


Dernière édition par Black_Princess le Dim 11 Mai 2014, 13:35, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Xie Meng le Dim 11 Mai 2014, 01:30

Sérieux là ?  affraid Je croyais que vous n'aviez pas de temps en ce moment ?^^

____________________

"Un empilement de discordance n'est jamais souhaitable pour bâtir les fondations d'un empire."
avatar
Xie Meng
Empereur
Empereur

Messages : 5674
Date d'inscription : 09/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Invité le Dim 11 Mai 2014, 01:34

j'ai demandée mon week end pour me changer les idées.^^
du coup, j'en profite pour passer du temps sur le fofo, et avec ma nièce.^^
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Xie Meng le Dim 11 Mai 2014, 01:37

Cool ca ! Il ne vous manque plus que le micro alors^^ Vous avez fait des courses ?  Laughing

____________________

"Un empilement de discordance n'est jamais souhaitable pour bâtir les fondations d'un empire."
avatar
Xie Meng
Empereur
Empereur

Messages : 5674
Date d'inscription : 09/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par lili la tigresse le Dim 11 Mai 2014, 01:39

Seul bemol c'est que je suis rousse en ce moment moi aussi Razz

____________________
avatar
lili la tigresse
HDE
HDE

Messages : 2441
Date d'inscription : 26/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Invité le Dim 11 Mai 2014, 01:40

non. je ne suis pas sortie faire mes courses aujourd'hui, vu que ça a été fait hier.^^

edit: rho....copieuse....

au passage, heureusement que les mœurs ont changées, sinon, on serait toutes deux bonnes pour le bûcher alors^^
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par baba1993 le Dim 11 Mai 2014, 09:43

rho, c est formidable. Fait un texte de theatre est difficile car une bonne partie passe aussi par l image. Mais en trouvant le bon angle (les experts) tu as pu nous faire imaginer la scene.

J ai aussi bien aimé les petite reference. Bravo et seul bemol,....

oui je suis bien celib :-)

____________________
avatar
baba1993
Citoyen

Messages : 1017
Date d'inscription : 08/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Invité le Dim 11 Mai 2014, 12:02

Merci Baba!!!^^
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Erwinner le Dim 11 Mai 2014, 15:12

Joli boulot Black_Princess ! Très joli Wink

Désolé Patron, mais j'étais un peu fatigué, et mon adjointe et moi-même commencions à discutailler alors que je commençais la rédaction du récit... Puis cela me permettra de faire mieux la prochaine fois (et ainsi de suite) Razz
avatar
Erwinner
Administrateur

Messages : 1656
Date d'inscription : 15/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Invité le Mar 13 Mai 2014, 00:07

Il était une fois une princesse. Une princesse aux longs, doux et beaux cheveux roux. Toutes les filles du royaume les lui enviait. Elle passait des heures et des heures devant son miroir à se brosser les cheveux. A tel point qu'à chacun de ses anniversaires elle recevait toujours une nouvelle brosse.
Mais elle les jetait toutes sans exception !
La raison était simple : elle n'en n'aimait qu'une. Une belle brosse en bois d'ébène laquelle était orné de dorure qui lui avait été offerte par sa marraine à sa naissance.
Cela lui valut le surnom de Black Princess.
D'autant plus que cette princesse n'avait pas l'air de porter un grand intérêt pour les princes qui lui était présentés.
Elle était admiré et respecté de tous ! Sauf de sa sœur cadette, avec qui elle avait souvent des disputes.
Ceci surprenait toute la cours car on connaissait bien les talents de diplomates de cette dernière...
Elles ne se finissaient jamais bien mal mais elles commençaient à peser sur le moral du bon roi et de sa reine.
Un jour, une de leur dispute commençait à prendre plus d'ampleur que d'habitude.
Le roi dut intervenir car elles étaient inséparables !
"Ah ! Cessaient mes enfants ! Cessaient ! Allons ! Vous avez passées l'âge de ces enfantillages !
Le roi remonta ses manches et entra dans la mêlée.
Jusqu'au moment où il put se saisir de cette brosse, source de toutes ces querelles !
Pauvre Elisabeth, qui n'avait pas été très aimée par les fées à sa naissance, qui pensait que la beauté de sa sœur résultait de l'usage de cette brosse en bois d'ébène. Mais sa sœur, bien évidement, ne voulait pas prêter sa brosse. Cadeau unique que lui avait offert sa marraine qui aujourd'hui avait disparue !
Le bon roi, voulant mettre fin à ces chamailleries perpétuelles lança de toutes ses forces la brosse par la fenêtre !
Les deux princesses poussèrent un crie strident qui fit éclater les tympans de leur pauvre père.
Mais ce à quoi elles ne pensèrent pas c'est que notre pauvre bon vieux roi était aussi doué de ses mains que de ses dix orteils.
C'est alors qu'ils virent la brosse tourbillonner en l'air, frappant le lustre en argent, ricocher sur le vase en céramique de leurs aïeux et foncer tout droit vers les deux princesses qui commençaient déjà à réprimander leur père pour finir sa course sur la princesse.
Leur cœur s'était arrêté de battre.
Le roi et Elisabeth étaient sans mots, la princesse, elle, était sans vie.
La brosse était venu se loger dans une des tempes de la princesse.


Ils ne vécurent pas très longtemps et n'eurent jamais plus d'enfants.



Mon VDD devra commettre son meurtre à l'aide d'une pipette.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Invité le Mar 13 Mai 2014, 01:18

joli Yama! joli!^^
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Ludsky le Mar 13 Mai 2014, 11:18

(L'histoire est pas top mais j'avais pas d'inspiration)

C'est dans un quartier chic de Los Angeles que le Dr Amadeus Trazom résidait. C'était un grand scientifique. Il ne cessa jamais d'inventer des nouvelles formules. Son objet préféré était sa pipette. Grâce à elle, il réalisa de petites merveilles chimique. Pourtant, Amadeus ne c'était pas destiné à une carrière comme celle-ci.

Au départ, c'était un grand musicien mais il jouait tellement mal ses instruments qu'il s'est rendu sourd lui-même. Ensuite, il a été barman mais il s'est malheureusement tromper de produit pour un client; il avait mis du produit de nettoyage à la place du jus de citron. La personne succomba au cocktail. Fin de sa carrière et il fut aussitôt conduit en prison pour meurtre involontaire. 

C'est en prison, qu'il tomba amoureux d'une pipette lors d'un simple cours de cuisine. Quand il fut libéré, il décida de monter son laboratoire. Grace à celui-ci, il connaissait gloire et célébrité...

Un jour comme un autre, il décida se s’asseoir à la terrasse d'un restaurant, il avait commandé un délicieux cocktail. A coté de lui, des enfants jouaient au football. C'était une journée ensoleiller. Il trempa sa pipette dans son verre avant de rêvasser... Puis, il s'amusa à lécher les dernières gouttes de sa pipette; mais, le ballon de football des enfants venu frapper violemment l'instrument qui s'enfonça au fond de la gorge de Dr Amadeus.  Pris de panique, les enfants s'enfuirent. Personne d'autres étaient sur la terrasse. L'homme était seul à se débattre avec sa pipette préférée coincer. Il finit par s'écrouler à terre. 

Au moins, il est mort avec sa pipette préférée ^^

PS : Mon VDD devra me tuer avec une Couronne.

____________________
avatar
Ludsky
Citoyen

Messages : 1140
Date d'inscription : 22/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par baba1993 le Mar 13 Mai 2014, 15:15






Lettre à M. R.XieMeng,
Empereur de l’Empire
Empereur,




Me permettez-vous, dans ma gratitude pour le bienveillant accueil que vous m’avez fait en venant ici, d’avoir le souci de votre juste gloire et de vous dire que votre étoile, si heureuse jusqu’ici, est menacée de la plus honteuse, de la plus ineffaçable des taches ?
Vous avez conquis nos cœurs. Vous apparaissez rayonnant dans l’apothéose de cette fête patriotique que l’alliance No Namiens a été pour la Empire, et vous vous préparez à présider au solennel triomphe, qui couronnera notre grand siècle de travail. Mais quelle tache de boue sur votre nom — j’allais dire sur votre règne — que cette abominable affaire.
La cours de justice  vient, par ordre, d’oser acquitter un Baba, soufflet suprême à toute vérité. Et c’est fini, L’Empire a sur la joue cette souillure, l’histoire écrira que c’est sous votre règne qu’un tel crime social a pu être commis.
Puisqu’ils ont osé, j’oserai aussi, moi. La vérité, je la dirai, car j’ai promis de la dire. Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice.
Et c’est à vous, monsieur, que je la crierai, cette vérité, de toute la force de ma révolte d’honnête homme. Et à qui donc là dénoncerai-je, si ce n’est à vous, le premier magistrat du pays ?




                                              ________________________________




Mais voici Baba devant le conseil. Le huis clos le plus absolu est exigé. La nation est frappée de stupeur, on chuchote ces faits terribles, ces trahisons monstrueuses qui indignent l’Histoire ; et naturellement la nation s’incline.




Est-ce donc vrai, les choses dangereuses, capables de mettre l’Empire en flammes, doivent les enterrer soigneusement derrière ce huis clos ? Non ! Tout cela n’a été fait que pour cacher le plus saugrenu des romans-feuilletons et la culpabilité de Baba. Et il suffit, pour s’en assurer, d’étudier attentivement l’acte d’accusation et les preuves, lu devant la justice.
Oui, c’est bien Baba qui à sauvagement tuer par jalousie une des jeunes recrue des plus prometteuses. Les preuves sont bien là mais la cour à désirer de les cacher et de le relaxer. Ah ! le néant de cet acte de non accusation !




Qu’un homme n’ait pu être condamné sur cet acte, c’est un prodige d’iniquité. Je défie les honnêtes gens de le lire le procès, sans que leur cœurs bondisse d’indignation et crie leur révolte.




Rappelons les actes et les preuves si vous le voulez bien.
On n’a trouvé chez lui des papier compromettant, crime ; On a retrouvé cher lui la démarche de son meurtre, crime ; on a retrouvé chez lui l’arme du crime -à savoir la couronne de l’empereur- , vol et crime ; on a retrouvé chez lui des taches de sang de la victime, crime ; on à retrouvé chez lui des somnifères dont des traces on était retrouvé dans le sang de la victime, crime.
 
On raconte que, dans la chambre du conseil, les juges allaient naturellement le condamné, mais que Baba les à soudoyer en liqueur.
Et, dès lors, comme l’on comprend l’obstination désespérée avec laquelle, pour justifier la non condamnation de baba, on affirme aujourd’hui la disparition d’une pièce secrète, accablante.
Telle est donc la simple vérité, monsieur le Président, et elle est effroyable, elle restera pour votre présidence une souillure. Je me doute bien que vous n’avez aucun pouvoir en cette affaire.




Les faits, je vous avez promis de dire la vérité et toute la vérité et c est se que je vais faire.
Baba avait depuis bien longtemps un gout avide du pouvoir. Il pouvait détruire la réputation d’une personne qui pouvait lui faire de l’ombre. Là est le mobile. Voyant que Khazhryr commençais à faire venir des gens au sein de L’Empire, baba à alors désirer de mettre cours à cella de peur de perdre sa place et pire sa tête. La solution pour lui était simplement de le supprimé.




Sous prétexte de le féliciter,  Baba l’avais invité personnellement chez lui. Voyant qu’il était beaucoup plus costaux que lui, il décida de le droguer en mettant dans un des ses verres de liqueur une pincé de ghd. Des que Khazhry n’étais plus conscient de ses faits, baba pris la couronne qu’il avait volé a son empereur (pour le jour ou il deviendra Empereur dans son coup d’etat prévue le 18brumaire) et tua la jeune recrue.
Son interpellation ,faites par la police de Lord, suite à une dénonciation de la voisine de l étage du dessous qui voyait des traces rouges au plafond avait été officiellement justifié par une évacuation préventive pour risque de dangers




Là est la vérité. Tous avais était prémédité par lui est consigné sur ces carnets.  
 
                                                         ___________________




Cette lettre est longue, et il est temps de conclure.




J’accuse le recruteur Baba d’avoir été l’ouvrier diabolique de se meurtre affreux sur cette jeune recrue.




J’accuse le général Lord de s’être rendu complice, tout au moins par faiblesse d’esprit, d’une des plus grandes iniquités du siècle en ayant caché les raisons de l’interpellation de l ancien recruteur.




J’accuse enfin le premier conseil d’avoir violé le droit, en ne condamnant pas l’accusé, et d’avoir gardé secrets des pièces conviction prouvant la culpabilité de Baba au nom de son immunité parlementaire.




Quant aux gens que j’accuse, je ne les connais pas, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Et l’acte que j’accomplis ici n’est qu’un moyen révolutionnaire pour hâter l’explosion de la vérité et de la justice.




Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en cour d’assises et que l’enquête ait lieu au grand jour !




J’attends.




Veuillez agréer,  Empereur, l’assurance de mon profond respect.


                                                                                 Emile Zahia
 
 


 

____________________
avatar
baba1993
Citoyen

Messages : 1017
Date d'inscription : 08/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Invité le Mar 13 Mai 2014, 17:12

                 
Magnifique Baba!!! Tout juste splendide. j'aime beaucoup!!!
Emile Zahia???? ahahah 

aussi, quelle instruction donnes-tu pour ta mort prochaine^^
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Xie Meng le Mar 13 Mai 2014, 18:28

Du grand art !^^

____________________

"Un empilement de discordance n'est jamais souhaitable pour bâtir les fondations d'un empire."
avatar
Xie Meng
Empereur
Empereur

Messages : 5674
Date d'inscription : 09/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par baba1993 le Mar 13 Mai 2014, 18:33

Merci. Faut juste que j arrive à trouver des pistes tous aussi originales

VDD Mort : Avec une peluche.

____________________
avatar
baba1993
Citoyen

Messages : 1017
Date d'inscription : 08/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Ludsky le Ven 16 Mai 2014, 13:28

C'est dans un très célèbre gang appeler "Burritos" que baba en était membre. Cet homme était né dans les trafiques en tout genre. A l'âge de 16 ans, il cambriola une boutique de burritos; c'est d'ailleurs à cette occasion qu'il rencontrera un de ses futurs partenaires : Gnem EiX. 

Ensemble, ils formèrent un gang qui porta le nom du premier cambriolage. Baba en était très fier ! Pendant qu'il recrutait d'autres membres. Gnem Eix, en profitait pour voler des armes en tout genre car c'était le roi de gâchette ! Mais, celui-ci était aussi très envieux d'être le seul chef de la bande. Voyant que le nombre de membres augmentaient de jour en jour.

C'était le premier gang le plus menaçant du Mexique avec un énorme réseau comptant : Des Dealers, des trafiquants d'armes, des flics ripoux.... 

Un jour, Gnem EiX organisa un plan pour tuer son partenaire, quelques membres corrompu le suivait dans sa démarche. Ils décidèrent de placer une bomb sous la voiture de son 'amis". Le lendemain matin, baba voulu prendre sa voiture mais voyant qu'un pneu était crevé, il décida d'appeler un garagiste du gang qui rappliqua aussitôt. C'est en gonflant le pneu qu'il activa malheureusement la bomb qui explosa au bout de quelques secondes. Baba vu cette scène de ses propres yeux, son amis était mort et il avait à présent de sérieux doutes. Il décida d'en parler à son partenaire qui était évidemment très déçu que son plan n'avait pas fonctionné comme prévu.

Gnem EiX était en colère, c'était alors qu'il eu une nouvelle idée...
C'est à 16h00, que Mairil, une jolie jeune femme se pointa dans l'appartement de baba en sous-vêtement. Celui-ci se laissa convaincre et .... quelques bonnes minute s'écoulèrent... 
En partant, Mairil, laissa une peluche en forme de burritos.

Le soir venu, baba sera fort la peluche contre lui pour sentir l'odeur de celle qui lui avait fait plaisir. Malheureusement pour lui, quelque chose s'activa dans la peluche avant qu'elle explosa. Baba mourra de se tragique "accident".

Pour Gnem Eix, c'était la joie, il organisa une grande fiesta. D'ailleurs c'est Mairil qui avait décorée la salle. Malheureusement elle ne pu venir, on se demande pourquoi ?....
Il était trop tard avant que Gnem Eix s'aperçu que la pièce était truffée de bombs. Ainsi s'éteint le gang des burritos !


PS : Mon VDD devra me tuer avec un astéroïde ^^

____________________
avatar
Ludsky
Citoyen

Messages : 1140
Date d'inscription : 22/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par lili la tigresse le Lun 19 Mai 2014, 23:02

Merci de bien vouloir lancer cette bande son pendant votre lecture: 



   Khaz ouvrit lentement les yeux, prenant conscience de la légèreté nouvelle de son corps. 
"Est-ce que l'on ressent quand nous mourrons ?, se demanda-t-il, Non je suis trop bête c'est impossible, la navette...". Il éprouvait quelques difficultés à se souvenir des derniers événements. 
   Il finit par observer son environnement et se rendit compte qu'il était pieds et poings liés sur une sorte de civière. Il tenta en vain de se débattre pour se détacher jusqu'à ce que son regard se tourne vers la fenêtre à sa droite. Là, Khaz eu le souffle coupé, il n'avait jamais rien vue d'aussi magnifique, d'aussi magique. Il cessa de se débattre et se perdit dans la contemplation de la Terre. 
   Une voix féminine le tira de son sommeil, celle de la directrice adjointe de l'AFA (Association Flottante Aérospatiale) : 
   "Baba ! Il est réveillé, veuillez venir s'il vous plait, j'ai besoin de vous pour le détacher, Amadeus, contactez le Psy pour une vidéo-consultation, nous devons savoir ce dont il se souvient pour sa mission, ordonna-t-elle." 
   Après avoir libéré khaz de ses liens elle se présenta: 
 
   "Bonjour monsieur Hyr, je suis Liriam, Directrice adjointe de la station Orbitale Française AFA. Votre navette d'acheminement a heurté un astéroïde alors que vous étiez en chemin pour nous rejoindre.     Vous avez subit un violent choc frontal et avez passé l'équivalent de trois jours dans un profond sommeil. Vous n'étiez pas attaché comme prisonnier mais seulement pour vous maintenir en place sur le lit et vous éviter le désagrément des changements réguliers de la pression à bord. Vous risquez d'avoir un peu la nausée lors de vos premiers déplacements à bord et parfois une sensation de vertige lorsque vous regarderez par la fenêtre. Ces sensations vous quitteront assez rapidement rassurez-vous." 
   Lorsque la directrice adjointe eu terminée son discours, un étrange personnage fit irruption traînant derrière lui une sorte de bouteille gigantesque. Le gaillard semblait si lourd qu'il était insensible à la lévitation ambiante. Cependant lorsqu'il vit que Liriam et Baba tentaient tant bien que mal de prendre une position respectueuse, Khaz tenta d'en faire autant. 
"Khaz voici... commença Liriam... 
-Onshetait atjointedeméde !, lâcha l'être humain en un langage à peine compréhensible. 
-Bien Monsieur le directeur. 
-Jtédidteutaire cherveusedekrypto ! hurla-t-il"
   Cette fois-ci Liriam ne broncha pas. Khaz tentait tant bien que mal de comprendre la langue que babillait l'Ostrogoth en face de lui mais chaque fois qu'il semblait percevoir un mot le suivant n'avait plus de sens. Le directeur (puisque Liriam l'avait ainsi nommé) reprit son babillage après une très longue gorgée pompée dans sa grosse bouteille: 
" -Savez-vous pour quelle raison vous êtes là monsieur Hyr ? 
-Je pense en effet m'en souvenir oui mais la séance avec le psy conseillée par madame Liriam semble être une bonne idée afin d'être certain que je me souvienne bien de tout et je souhaiterais également être mis en relation avec mon supérieur hiérarchique direct afin d'être certain de ne rien avoir oublié des règle de sécurité qui incombent à ma mission en extérieur, déclara Khaz d'une traite. 
-chtrébien douca, vla Liriam votsupérieuredirectinférieuràmoicommetoutlmondeici, femelle contchactélepsypourlidiot !"
Khaz se demanda si il devenait fou car l'homme s'était exprimé quelques minutes auparavant dans un langage tout à fait normal avait mélangé son babillage et la langue française en une simple phrase incompréhensible. 
   Le directeur pompa encore de son énorme bouteille et déclara: 
"-Bon il semble que tout est en ordre, il secoua sa bouteille, presque tout... Liriam ! Vous savez ou me trouvez en cas de besoin, je vous confieletroudculquiviensdedébarquer etcommandezencore lakryptoomarchiens parchquelétrobone !" 
 
   L'étrange directeur disparut par une autre porte, traînant sa bouteille derrière luI Khaz en était désormais certain, le directeur n’étais pas humain et utilisait le liquide de la bouteille pour traduire ses pensées en Français.
   Lorsqu’il fit part de cette pensée à Baba et Liriam ceux-ci ECLATERENT du rire le plus franc possible :
« -C’est seulement sa bouteille de Krypto ! C’est un spiritueux très fort que l’on produit et achète uniquement sur Mars, lors de sa visite de courtoisie sur Mars, le directeur est tombé dans le chaudron de fabrication. Avec les pales de brassage il est ressortit tout meurtrit et mou comme une éponge. Il était plein de Krypto, il s’exprime parfaitement bien quand il en boit car elle a remplacé son sang et irrigue son cerveau. Quand il passe trop de temps sans en consommer (quelques secondes suffisent en fait) il devient une espèce d’australopithèque débile comme vous avez pu le constater, expliqua Baba.
-Il passe désormais le plus clair de son temps à la taverne orbitale dans laquelle il a installé son bureau et un Baril géant auquel il est relié en intraveineuse, conclue Liriam ».


   Quelques heures plus tard Khaz terminait sa vidéo-consultation avec Xie, le chef du projet mais aussi le psy. Il avait maintenant toutes les cartes en main pour accomplir sa mission. Il enfila sa combinaison spatiale avec l’aide de Baba et de Liriam qui lui expliquèrent une dernière fois le système d’accrochage pour se déplacer sur la coque de la station en extérieur :
-Pensez bien à ne pas mettre trop de pression sur vos jambes, des petits bonds pour vous déplacer !  On ne détache jamais les deux mousquetons en même temps sinon vous allez vous envolez et partir en vrille comme l’autre dans le film avec George Clooney !
-Gravity ? Demanda Baba pour compléter la référence.
-Oui c’est ça, Gravity. Il n’y a que dans les films qu’on survit. Et croyez-moi, aucun membre de l’équipage ne viendra vous chercher si vous cramez dehors. »
Kahz déglutit et répéta :
« -Un mousqueton à la fois… »


   Et en plus de temps que nécessaire pour le dire il était en train de flotter dehors. Il commença alors à se déplacer en pensant bien à passer les mousquetons l’un après l’autre. Quand il arriva au panneau de contrôle technique dont il devait faire la maintenance il contacta Liriam au central par le biais de son casque de communication :
« Ici Khaz, l’ascension s’est bien passée je suis devant le panneau, vous pouvez me donner le code ? »
   Pas de réponse.
« Liriam, ici Khaz vous me recevez ? »
   Toujours aucune réponse. Khaz se connecta sur l’autre canal permettant de joindre Baba.
« Baba ici Khaz vous me recevez ? »
 
*tu lu lut* « toutes les communications spatiales et inter spatiales sont actuellement indisponibles en raison de la proximité de l’astéroïde Flore. La communication seront rétablies dans 3h55minutes et 36 secondes. Merci de ne pas paniquer et de vous en tenir au comportement décrit dans votre manuel Survie dans l’espace volume XCIII page 158 paragraphes 13 Alinéa 6 « garder son calme quand on sait qu’on va mourir bientôt ».


   Khaz avait complètement oublié ce paragraphe et cet alinéa, il avait même oublié qu’il avait lu ce livre, il se souvenait seulement de la mission qui lui avait été assignée. Après une heure de réfléction il détacha son mousqueton pour retourner jusqu’à la porte de la station. Mais horreur ! Il n’avait qu’un seul mousqueton attaché. Avant même qu’il n’ait eu le temps de reprendre son souffle il était projeté dans l’espace hors de portée de la station et de toute chance de survie. Alors il pleura toute les larmes de son corps, c’est pour ça qu’il ne vit pas fondre sur lui le gigantesque astéroïde. Lorsqu’il fut percuté de plein fouet Kazh fut éjecté de sa combinaison spatiale et alors qu’il se désintégrait brulant et fumant il atterrit sur la vitre de la station orbitale étalant ses organes vitaux encore fumant et en train de partir en cendre sur la fenêtre depuis laquelle Baba et Liriam contemplaient la situation avec un intérêt scientifique et sans le moindre remord :
Les morts étaient trop fréquentes ici pour que l’on pleure à chacune d’elle !
   La combinaison de Khaz put être récupéré et ce qu’il restait de la peau de son visage encore collée à la vitre de son casque fut renvoyé sur Terre par le biais d’un corbillard intersidéral loué au martien. Khaz reçut une légion d’honneur pour service rendu à la nation. Personne ne savait réellement pourquoi mais tout le monde n’en avait cure, la légion ne signifiant plus grand-chose aujourd’hui.
   L’astéroïde Flore n’avait jamais fait de mort avant ce jour. Ou alors personne ne le sait et personne ne le saura jamais, car l’espace se garde bien de nous dévoiler ses infinis secrets !
Désormais, Khaz n’aurait plus à se demander ce que l’on ressent une fois mort.


Dernière édition par Liriam le Mar 20 Mai 2014, 05:08, édité 1 fois

____________________
avatar
lili la tigresse
HDE
HDE

Messages : 2441
Date d'inscription : 26/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Invité le Lun 19 Mai 2014, 23:14

la description du directeur est juste géniale!!!!
joli mort bien glauque liriam.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Ludsky le Lun 19 Mai 2014, 23:15

Sublime mort lol. Maintenant je me méfierais de toi Liriam et de baba aussi.  Laughing

____________________
avatar
Ludsky
Citoyen

Messages : 1140
Date d'inscription : 22/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Erwinner le Mar 20 Mai 2014, 01:19

Mouahahahahaha !

chtrobien chthistoire ! Etchtien mêmunfrairôle, et onmvoaplusouvantkelpatron !

*Glouglou... Hips... Burps !*

Pauvre petit Khazhyr, un être doué d'un potentiel et ayant un avenir radi... Rhaaaaaa ! makriptocherveuze ! Et hôtémoacetorchecondemaizieu ! ... Rzzzzzz
avatar
Erwinner
Administrateur

Messages : 1656
Date d'inscription : 15/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par lili la tigresse le Mar 20 Mai 2014, 01:24

Que le prochain ou la prochaine me tue avec une mouillette (pour mettre dans les œufs à la coque !). ÉTOUFFEMENT INTERDIT !

____________________
avatar
lili la tigresse
HDE
HDE

Messages : 2441
Date d'inscription : 26/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par baba1993 le Dim 25 Mai 2014, 13:11

Sans etouffement cela ne va pas etre simple. Je refechi à un type et syle d ecriture particuliers

____________________
avatar
baba1993
Citoyen

Messages : 1017
Date d'inscription : 08/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Invité le Dim 25 Mai 2014, 15:43

Bah oui, elle stérilise totalement le sujet là hein... ^^
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par lili la tigresse le Dim 25 Mai 2014, 16:23

L'etouffement est une solution de facilité.

____________________
avatar
lili la tigresse
HDE
HDE

Messages : 2441
Date d'inscription : 26/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tuer son VDD

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum